Association pour la légalisation du suicide assisté et de l'euthanasie volontaire

Communiqué de soutien au vétérinaire d’Angers

( Communiqué du C.A. d’ Ultime Liberté du 15 mai 2022)
( Télécharger au format pdf )

Le C.A. de l’association Ultime Liberté a pris connaissance récemment de l’affaire du vétérinaire poursuivi à Angers pour avoir rédigé une fausse ordonnance ayant permis à une personne atteinte de la maladie de Charcot de mourir.

Nous soutenons bien évidemment le vétérinaire concerné dans le parcours juridique qui s’annonce, et notamment lorsque le procès en Appel sera organisé.

Mais nous saluons surtout avec intérêt la décision logique mais courageuse des juges du Tribunal correctionnel d’ Angers de suivre l’argumentation de la défense considérant que le vétérinaire avait agi « en état de nécessité » et donc de prononcer la relaxe du prévenu.

Nous ne sommes pas étonnés que le procureur fasse appel de cette décision du tribunal, dans une position défensive d’une interprétation rétrograde de la législation, comparable à ce qui s’était passé lors de l’affaire Jean Mercier à Saint-Etienne, par crainte que le jugement du Tribunal correctionnel d’ Angers ne fasse jurisprudence …

Désormais la publicité faite à cette affaire par les soins d’un parcours judiciaire mouvementé annoncé, permet encore une fois, après la mise en examen des 14 membres de l’ association Ultime Liberté pour complicité d’importation de « Nembutal », à tous les français qui ne le savaient pas encore, d’apprendre en plus que le produit en question est le même que les vétérinaires utilisent en France pour l’euthanasie des animaux. Si donc quelques vétérinaires courageux et sensibles à l’ « état de nécessité » de personnes de leur entourage se mettent à rédiger des ordonnances pour l’euthanasie des nombreux animaux prêts à accepter la disparition de leur maître en souffrance … ne doutons pas que ce produit soit bientôt interdit à tout usage vétérinaire, comme il l’a été pour tout usage médical humain.

Il est bien sûr grand temps que notre classe politique renouvelée se saisisse enfin sérieusement de la question de la légalisation de l’euthanasie volontaire et du suicide assisté en France.

L’association Ultime Liberté suivra avec attention les nouvelles initiatives politiques ouvertes sur le sujet dans la nouvelle législature, de façon à avoir de nouveau un véritable débat dans la société, et à être auditionnée, à côté des autres associations concernées, dans le cadre d’une forme ou une autre de « convention citoyenne » , pour que la République Française se dote enfin d’une législation de protection de la liberté du choix de mourir pour toute personne majeure et capable, qu’elle soit atteinte d’une affection grave et incurable ou pas, et puisse en conséquence bénéficier de l’accès légal à un moyen de « mort douce ».

Le 15 mai 2022,

Pour le C.A. de l’ association Ultime Liberté

La co-présidente, Josyane ABTROUN Le co-président Patrice BERNARDO

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.