Aller à la barre d’outils
Association pour la légalisation du suicide assisté et de l'euthanasie volontaire

Lettre au ministre de la santé

Je vous invite à écrire aussi au ministre par l’intermédiaire de ce canal en tant que particulier .
Il est préférable d’écrire ses propres interrogations mais ne pas recopier le texte ci-joint .
https://solidarites-sante.gouv.fr/ministere/article/ecrire-au-ministre#formulaire_formidable-12
Protégez-vous !

Monsieur le MINISTRE de la SANTÉ,

Nous sommes conscients de la gravité de la situation que subit notre pays et de l’implication quotidienne que vous déployez pour résoudre de nombreux problèmes au fur et à mesure qu’ils arrivent De même, nous encourageons, félicitons et remercions les équipes de soignants qui donnent le maximum de leurs capacités pour accueillir les malades dans les hôpitaux .

Nous suivons au mieux les recommandations, afin d’éviter le pire pour notre entourage . Les informations données par les médias avec l’aide de spécialistes nous sont très utiles .

Cependant de nombreux adhérents et moi-même nous nous inquiétons de la prise en charge des mourants, soit lorsque les soins se relèvent inutiles, soit lorsqu’il faudra « prioriser » les cas en fonction de critères que les soignants devront assumer.

Depuis le décret de 2016 officialisant les directives anticipées, nous avons encouragé nos adhérents à utiliser les formulaires proposés et surtout dans la rubrique « souhaits et informations » à préciser les conditions espérées de leur mort, en général rapide et sans agonie .

Dans cette situation, les soignants vont-ils appliquer une sédation profonde et continue ? Sachant que de nombreux témoignages montrent que ce dispositif est difficilement mis en place : il dépend de l’éthique du ou de la chef(fe) de service . Vont-ils utiliser le midazolam ? D’autres médicaments pour éviter l’agonie ?

Les lits de soins palliatifs ne suffiront pas à absorber le flot de malades sachant qu’ils sont déjà insuffisants en temps normal . La famille de celles et ceux qui décèdent ou vont décéder est-elle tenue au courant des circonstances, aides éventuelles à ces fins de vie ?

Dans vos communications ou celles des médecins qui s’expriment, ce sujet n’est jamais abordé, il est pourtant essentiel pour rassurer les proches mais aussi celles et ceux qui risquent d’être concernés: la moyenne d’âge de nos adhérents est au delà des 75 ans !

Espérant, monsieur le Ministre que vous trouverez le temps de répondre à ces interrogations, je vous prie d’agréer mes salutations distinguées .

,Madame Claude HURY

Fondatrice et Présidente de l’association

http://ultimeliberte.fr/guppy/

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Lettre au ministre de la santé”